La jeunesse doit préserver ses atouts et faire beaucoup mieux, Très Hon. Mukabalisa

|   Chamber Of Deputies

En date du 26 mai 2019, la Président de la Chambre des Députés, Très Hon. Donatille Mukabalisa s’est rendue à Kibirizi dans le District de Nyanza pour commémorer les femmes et les enfants tués lors du génocide contre les Tutsis en 1994.

À son arrivée à Kibirizi, la Très Hon. Mukabalisa a déposé une gerbe de fleur sur une tombe en mémoire de 453 femmes et enfants plus un homme inhumés dans le Mémorial du génocide de Kibirizi, reconnu au niveau national comme le mémorial des enfants et des femmes victimes du Génocide.

Dans son témoignage, Justine Ngutete, qui a miraculeusement survécu aux meurtres perpétrés dans l'église ADPR d'Ibambiro, a raconté l'amère période que les Tutsi ont vécue à cet endroit où les autorités de l'époque avaient rassemblé des femmes et des enfants qui prétendaient garantir leur sécurité. Au lieu de cela, ils les ont torturés, affamés et finalement tués. La plupart des femmes et des enfants qui s'étaient précipités à cette église dans l'espoir de trouver un refuge ont été massacrés.

Les tueries à Kibirizi étaient si cruelles, a déclaré Ngutete, que des mères aient été violées devant leurs enfants et des enfants tués sous les yeux de leurs mères, sur ordre des autorités censées protéger la population.

M. Gasanabo Jean Damascène, Directeur général de Recherche à la CNLG, a fait un exposé sur les étapes du Génocide contre les Tutsi, sur la façon dont ces derniers ont été persécutés, privés du droit à l'éducation et du droit de travailler jusqu'à ce que certains d'entre eux soient chassés de leur pays.

Parmi les autres intervenants au cours de la cérémonie figuraient M. Janvier Forongo, qui a pris la parole au nom des survivants d’Ibambiro et Mme Valerie Mukabayire, Présidente de l’AVEGA (Association des Veuves du Génocide), qui représentait à la cérémonie l’Association IBUKA. Tous deux ont décrit des meurtres atroces commis à Kibirizi, demandant pour la même occasion, la poursuite des auteurs toujours en fuite. Ils ont également suggéré l'exécution des jugements des juridictions Gacaca en ce qui concerne le versement de dommages et intérêts et la transformation  de l'église ADPER Ibambiro en Mémorial du Génocide pour les femmes et les enfants qui y ont été tués. Ils en outre suggéré que le Mémorial du génocide de Kibirizi soit renouvelé pour servir véritable comme un Mémorial où sont inhumés des enfants et des femmes (plus un homme) victimes du génocide.

L'invité d'honneur, la Très Hon. Donatille Mukabalisa s'adressant aux participants à la cérémonie, elle a d'abord présenté ses condoléances à ceux qui ont perdu les leurs dans les bains de sang d'Ibambiro pendant Génocide contre les Tutsi. Elle les a invités, en particulier les jeunes, à travailler dur et améliorer leurs conditions de vie comme l’un de moyens d’honorer leurs parents dont la vie a été écourtée par des génocidaires. Elle a poursuivi en expliquant que les victimes qu'ils commémoraient étaient des personnes intègres, généreuses et affectueuses. Plus particulièrement, ils ont fait preuve d'une persévérance extraordinaire alors qu'ils ont vécu une situation très difficile pendant 35 ans, au cours de laquelle ils se sont vu refuser tous les droits fondamentaux.

En 1994, le Rwanda a connu des atrocités inouïes, a la Très Hon. Mukabalisa, où une mère réputée pour sa tendresse et son amour était directement impliquée dans des actes de génocide, tuant les autres mères et leurs enfants innocents simplement parce qu’ils étaient tutsis et qu’ils «devaient être» exterminés. Tuer des femmes et des enfants était le mot d’ordre pour s'assurer qu'aucun Tutsi ne reste en vie, car tuer un enfant et une femme implique de mettre fin à la lignée humaine.

La Présidente de la Chambre des Députés a exhorté les jeunes à s'opposer à toute forme de division, elle leur a demandé de coopérer pour le développement national en partant d’un pas déjà accomplis et aller toujours en avant. Elle a profité de la même occasion pour féliciter les Forces armés du FPR d'avoir consacré leur vie à sauver des innocents.

 

« Les moments que nous avons traversés sont difficiles à comprendre. Heureusement, cela a renforcé notre résilience, car nous avons réussi à trouver des solutions exceptionnelles à des défis hors du commun. En effet, le résultat a également été formidable par rapport au chemin pénible que nous avons parcouru depuis 1994, juste après la fin de la guerre de libération et le génocide stoppé par des forces braves que nous saluons aujourd’hui. Nous voulons donc que les jeunes préservent la prospérité issue d’un travail assidu accompli au cours des 25 dernières années, tout en visant de nouvelles perspectives de développement. Nous pensons que vous y arriverez parce que vous êtes unis et avez donc une vision commune. Par conséquent, personne ne peut corrompre votre courage vers cette mission », a-t-elle déclaré.

Quatre cent cinquante-trois corps d'enfants et de femmes plus un corps d'homme sont inhumés dans le Mémorial de Kibirizi, reconnu à l'échelle nationale comme mémorial du génocide des enfants et des femmes victimes du génocide contre les Tutsi.

En 1994, les autorités ont persuadé des enfants et des femmes de se masser à l'église prétendant assurer leur protection. Au lieu de cela, ils les ont tués.

A part la Présidente de la Chambre des Députés, la Très Hon. Mukabalisa, la cérémonie de commémoration a vu la présence de la ministre du Genre et de la promotion de la famille, Mdame Nyirahabimana Soline ; Vice-présidente du Sénat, l'hon. Jeanne Gakuba; le gouverneur de la Province du Sud, CG Emmanuel Gasana, ainsi que différentes personnalités, dont des Sénateurs et des Députés.